L’arrivée au collège : attention au décrochage

En soi, le passage du CM2 à la sixième constitue un mini tremblement de terre pour les enfants. Bien souvent on change d’école, les journées sont plus denses, les devoirs aussi. Cela peut-être violent surtout pour les enfants sensibles et on peut vite vaciller face à tous ces bouleversements. Cette période de transition est très importante pour la suite de la scolarité et c’est précisément à ce passage au collège qu’il faudra être vigilant face au potentiel décrochage scolaire.

Face au décrochage scolaire, je pense qu’il est important d’établir deux faits admis depuis plusieurs années par l’éducation nationale :

  1. Il n’y a pas que les « mauvais élèves » qui sont à risques, les acquis ne rentrent presque pas en ligne de compte. Les causes sont avant tout liées à l’enfant et sa capacité à s’adapter à sa nouvelle vie de collégien, mais aussi son environnement direct ( familial et social) et du soutien et de l’attention dont il bénéficie ou non.
  2. Il est possible de déceler les enfants à risques. Si vous vous inquiétez pour votre enfant, n’hésitez pas à en parler avec l’équipe éducative de votre école !

Les mathématiques du cycle 3 (CM1, CM2 et sixième)

Au-delà de ce phénomène nous souhaitions nous attarder sur une problématique précise, celle de l’apprentissage des mathématiques. En effet, l’apprentissage des maths à l’école se fait en cascade, c’est-à-dire que pour comprendre la leçon n°4, il faut d’abord avoir compris, la n°3, la n°2 et la première leçon. Pour toutes les matières scientifiques, c’est un peu pareil, sans des bases solides, impossible de s’attaquer aux concepts complexes.

La sixième : une consolidation nécessaire des acquis

Heureusement, la sixième se place dans la continuité directe du CM2 et constitue avec le CM1 le 3e cycle d’enseignement. A cheval sur le primaire et le secondaire, cela permet une transition plus douce. La sixième consolide les acquis certes mais prépare les élèves au prochain cycle ; elle est donc déterminante pour les apprentissages futurs.

En effet le cycle 3 en mathématiques poursuit les objectifs suivants :

  • D’un point de vue des compétences, il s’agit de permettre à l’élève de chercher, modéliser, représenter, calculer, raisonner et communiquer.
  • Au niveau des connaissances, le cycle 3 vient compléter le deuxième cycle et l’on travaillera donc les nombres et calculs, les unités de grandeurs et de mesures, mais aussi la géométrie.
  • Il s’agit enfin de permettre à l’élève d’acquérir les techniques d’automatisation nécessaires pour la résolution de calculs simples (addition, soustraction, multiplication et division) et donc de résoudre des problèmes mathématiques. La résolution de problèmes étant le critère principal pour apprécier de la maîtrise des connaissances en mathématiques.

Le matériel pédagogique à la rescousse !

En matière de raisonnement mathématique et scientifique, nous ne sommes pas tous égaux. Pour autant, éprouver des difficultés dans la conceptualisation, la modélisation mathématiques et sa restitution, ne doit pas être une fatalité. Tout est une question de méthode.

Si votre enfant éprouve des difficultés alors il faut envisager une autre méthode pour l’enseignement des mathématiques.

Elèves dans une école Montessori en train de réaliser un exercice à l’aide du matériel de mathématique MontessoriEn l’occurrence la méthode et le matériel pédagogique associé à la pédagogie Montessori constitue une excellente alternative pour les enfants mis à mal par la pensée mathématique abstraite.

Le développement de la pensée abstraite et de l’esprit mathématique sont justement les objectifs pédagogiques poursuivis par la manipulation du matériel Montessori.

Propice à la manipulation, il permet aux enfants d’appréhender les concepts de calculs et de géométrie suivant :

  • Le système décimal en décomposant physiquement les unités, dizaines, centaines et milliers
  • Les quatre opérations simples (addition, soustraction, multiplication et division )
  • La numération et le calcul mental
  • Les figures planes (en les construisant à l’aide de la boîte de géométrie)
  • Les solides géométriques
  • Les fractions

En effet l’approche Montessori des mathématiques aborde l’arithmétique et la géométrie avec simplicité et logique, par la manipulation et en créant des associations mentales entre symboles et quantités.

Ce matériel peut largement être utilisé à la maison et faire office de soutien pour les enfants en difficulté lors de cette année charnière que constitue la sixième.

Mathématiques au collège : une marche en avant sans retour

Il est primordial de comprendre, que dès le collège, l’apprentissage des mathématiques constitue une marche en avant perpétuelle, et que louper une marche fragilise l’ensemble des apprentissages à venir.

Aucun commentaire

Écrire un commentaire